Rénovation énergétique : Hulot fixe un objectif de 500.000 logements par an

Sus aux « passoires thermiques », ces 7 millions de logements au coût de chauffage ruineux pour les quelque 4 millions de personnes en situation de précarité qui occupent une partie de ce parc. Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, fait de leur élimination une des principales cibles du plan de rénovation énergétique qu’il a présenté jeudi matin à Angers. Un chantier en faveur duquel 14 milliards d’euros seront mobilisés sur cinq ans dans le cadre du annoncé en septembre.

L’ambition est de rénover , a indiqué le ministre de la Transition écologique. Le chantier , a renchéri Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires qui l’accompagnait.

L’objectif des 500.000 rénovations annuelles reprend celui affiché – et non réalisé – sous le quinquennat précédent. a convenu Nicolas Hulot.

Pour toucher la cible des précaires énergétiques, celle qu’il vise en priorité, le ministre joue sur trois registres. D’abord le dispositif d’aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), renforcé dans le cadre du grand plan d’investissement pour engager la rénovation de 75.000 logements par an. Ensuite, un Fonds de garantie spécifique dont l’intervention devrait bénéficier chaque année à 35.000 ménages modestes. Enfin, le système des dont une part leur sera spécifiquement réservée.

Le défi que ce plan doit relever est aussi climatique. La France vise la neutralité carbone en 2050. Cette ambition impose un engagement fort du bâtiment (25 % des émissions de gaz à effet de serre). Pour créer l’effet de masse qu’il recherche, le gouvernement mise sur des aides à la rénovation plus simples, plus accessibles et mieux ciblées. Comme le chef de l’Etat s’y est engagé, le crédit d’impôt pour la transition énergétique () se transforme en prime à compter de l’an prochain. Son montant ne sera plus établi en pourcentage du coût des travaux, mais en fonction de leur efficacité énergétique. Les conditions d’attribution de l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) vont être élargies.

Nicolas Hulot fait aussi de l’engagement de l’Etat et des collectivités locales, en tant que propriétaires,. La remise à niveau d’une partie du patrimoine de l’Etat mobilisera 1,8 milliard d’euros pris sur le grand plan d’investissement, dont 1 milliard réservé à la rénovation de 57 cités administratives. Dans ce même grand plan, 2,5 milliards d’euros, essentiellement distribués sous la forme de prêts bonifiés de la Caisse des dépôts, sont réservés aux collectivités locales. , indique-t-on au ministère de la Transition écologique.

 

JOEL COSSARDEAUX

Source : Les Echos