L’énergie verte devance le charbon et le lignite en Allemagne

L’électricité a verdi en Allemagne l’an dernier. Les énergies renouvelables – solaire, éolien, biomasse et hydraulique – ont produit 40,4 % de l’électricité outre-Rhin, soit 2,2 points de plus que l’année précédente, selon des données publiées par l’institut de recherche solaire Fraunhofer ISE, une référence en Europe.

Substitution au nucléaire, au gaz et au charbon

Pour la première fois, l’électricité a davantage été produite à base de soleil, de vent, de biomasse ou d’eau qu’à partir de charbon ou de lignite (38 %, en baisse de 1,1 point). Les énergies fossiles restent malgré tout prépondérantes dans le mix électrique, l’électricité produite à partir de gaz ayant encore représenté 7,4 % du mix l’an dernier (en recul de 1,5 point sur un an).

Recul de la consommation primaire

Depuis 2010, la part des énergies vertes a plus que doublé en Allemagne, alors que la production globale d’électricité est restée quasi stable sur la période (+1,2 %), comme dans la plupart des grandes économies européennes. Les énergies vertes se sont substituées, pour un peu plus de la moitié de leur croissance, à l’électricité d’origine nucléaire, dont la décrue a été engagée par Angela Merkel après l’accident de Fukushima (Japon) en 2011.

Mais sur la décennie, le solaire et l’éolien ont aussi pris des parts de marché au charbon et au gaz, à parité. La production d’électricité à base de lignite est en revanche très stable depuis 2010, avec près d’un quart de la production d’électricité allemande. Une production facilitée par les mines de lignite toujours exploitées en Allemagne.

La chancelière Angela Merkel a toutefois chargé une commission de plancher sur la sortie progressive du charbon et du lignite, et Berlin prévoit que les énergies renouvelables représenteront 65 % de la production d’électricité en 2030. La France, avec moins de 20 % d’électricité verte aujourd’hui, vise de son côté 40 % de sources renouvelables au même horizon.

La croissance des énergies vertes est moins flagrante dans la consommation totale d’énergie primaire outre-Rhin. La part des renouvelables s’est ainsi établie à 14 % l’an dernier, en hausse d’un point sur un an, selon les premières estimations d’AG Energiebilanzen. Une part favorisée par le recul de 5 % de la consommation totale d’énergie, et notamment des sources d’origine fossile (pétrole, charbon et gaz).

“La consommation d’énergie en Allemagne a ainsi atteint son plus bas niveau depuis le début des années soixante-dix”, indique AG Energiebilanzen. Un déclin lié à la hausse des prix de l’énergie, au temps doux et à l’efficacité énergétique, qui permet d’anticiper, selon l’organisation, un recul des émissions de CO2 liées à l’énergie l’an dernier.

Source : Les Echos