Les Grands Témoins – Bouygues

Interview d’Olivier Bouygues, Directeur Général Délégué, Groupe Bouygues 

Point de vue GreenFlex 

Vers une transition circulaire de nos villes et bâtiments 

Le secteur de l’immobilier et de la construction représente 44 % de la consommation énergétique et 20 % des émissions de CO2 en France. A l’échelle de l’Europe, il est le 1er producteur de déchets, tandis qu’au niveau mondial, 30 milliards de tonnes de sable sont consommées chaque année pour la production de béton, ce qui en fait la 3ème ressource la plus utilisée après l’air et l’eau. Qu’ils concernent la consommation d’énergie, les matières premières utilisées ou les déchets produits, les enjeux qui pèsent sur nos villes et leurs bâtiments sont donc considérables. Comment faire en sorte qu’ils restent viables, durables et désirables ? 

De plus en plus de réglementations voient le jour pour les faire évoluer. C’est le cas de la loi Elan, qui fixe pour les bâtiments tertiaires des objectifs de réduction des consommations énergétiques à hauteur de 40 % d’ici 2030, 50 % en 2040 et 60 % en 2050, par rapport à 2010. Pour ce qui est des déchets, la loi Transition énergétique prévoit un seuil de 70 % de valorisation sous forme de matière en 2020, pour le secteur du BTP. On aurait toutefois tort de se contenter de « faire moins pire »En effet, chez GreenFlex, nous sommes convaincus que la préservation des ressources et la réduction des impacts de nos villes et bâtiments doivent viser le « mieux » et « moins ». Elles passeront donc tant par un suivi des consommations au quotidien qu’une réflexion plus stratégique sur nos besoins réels 

Dans notre approche, lsobriété devient systématique dès la phase de conception, en réinterrogeant l’usage des bâtiments. Quelles surfaces sont vraiment nécessaires ? Peuvent-elles servir à de multiples utilisateurs selon les moments de la journée ? Les modes de travail, par exemple, évoluent, et avec eux l’occupation des bureaux, qui peuvent être partagés ou multifonctionnels. Se pose ensuite la question de « l’efficacité » de la matière : comment en utiliser le moins possible pour le besoin défini, et allonger sa durée de vie ? On peut imaginer des bâtiments modulables ou des matériaux démontables, et anticiper leur éventuel remplacement. Pour le choix des matériaux, on va privilégier le réemploi, les matériaux recyclés, le bois, la paille ou encore la terre. Enfin, tout au long de la durée de vie, un pilotage efficace et outillé doit permettre de maîtriser la performance, notamment énergétique, des bâtiments. 

Cette transition vers des villes et bâtiments plus circulaires est inévitable. Pour ce faire, de nouveaux modèles économiques sont à développer, davantage basés sur l’usage et les services. La réglementation et les mécanismes de marché doivent aussi évoluer pour s’adapter à ces nouveaux échanges et revoir la place du déchet, afin de ne pas les entraver. Les flux se penseront de plus en plus à l’échelle des territoiresexigeant une coordination forte entre les multiples acteurs particuliers, publics et privés. GreenFlex veut se poser au carrefour de cette démarche et ces réflexions, qu’il va falloir mener collectivement. 

Contenus relatifs :