Dans notre quête de produits meilleurs, les perturbateurs endocriniens illustrent la triple incertitude à laquelle nous confronte le sujet des substances :

1. Leurs impacts supposés ou avérés sur la reproduction, la puberté ou le développement font l’objet de vifs débats tant scientifiques que réglementaires, et largement médiatisés.

2. Connaître leur simple présence dans les produits du quotidien semble être encore inaccessible aux différentes parties prenantes (les consommateurs, les marques qui les font fabriquer, voire les industriels eux-mêmes).

3. Associer tel risque sanitaire avec tel produit semble aujourd’hui hors de portée et la définition des actions de maîtrises pertinentes est de fait très compliquée. Pour autant, des solutions existent et certains acteurs n’ont pas hésité à prendre d’ores et déjà position.

Les substances, matières à discussion…

Lors de notre événement dédié aux substances et aux produits d'octobre dernier, ce sujet complexe a été débattu : découvrez, en images, le témoignage d'experts qui ont trouvé des business models vertueux, avec des produits meilleurs, en anticipant sur la réglementation par la substitution ou en développant l'économie circulaire.